Version imprimable de cet article Version imprimable

Le dopage

1. Qu’est-ce que le dopage dans le sport ?

Le dopage dans le sport peut prendre différentes formes. Il existe en effet, selon les règles mondiales antidopage, 10 cas différents de dopage.

La forme de dopage dans le sport la plus connue peut être définie comme suit :

L’administration à un individu sain, ou l’utilisation par cet individu, de substances qui ne se trouvent pas naturellement dans son organisme ou de substances physiologiques en quantités inadaptées ou selon une voie inhabituelle, dans le seul but d’améliorer ou d’influencer artificiellement ou déloyalement ses performances lors de sa participation à une compétition ou à une activité sportive (même sans compétition). Que ce soit pour prendre du plaisir, modifier son apparence physique, modifier ses perceptions, atténuer les douleurs ou diminuer les effets du stress, de nombreux produits sont consommés. Leur usage s’est considérablement développé ces dernières années, même au niveau du sport amateur.

Le dopage est un phénomène qui nous concerne tous, même nous les jeunes. En effet, il faut aussi savoir que tous les sportifs, même les sportifs mineurs (moins de 18 ans), peuvent être soumis à un contrôle antidopage en Fédération Wallonie-Bruxelles.

De même, à côté des contrôles à proprement parler, l’Organisation nationale antidopage (ONAD) Communauté française propose, à destination des jeunes sportifs, à la demande des écoles, des fédérations et des clubs sportifs, des ateliers ou des sessions d’initiation et de sensibilisation à l’antidopage. Pour toute information à ce sujet, vous pouvez contacter l’ONAD à l’adresse e-mail :
info.dopage cfwb.be

2. Qu’est-ce qui peut pousser certains jeunes à se doper ?

L’isolement social : l’éloignement du domicile, de la famille, des lieux d’études ou d’entraînement sportif ;
La recherche de célébrité ou d’argent ;
L’obligation ou la pression d’obtenir des résultats ;
Le milieu familial : la pression ou, au contraire, le désintérêt de l’entourage vis-à-vis des résultats ;
Les amis, les copains : une pression sociale, le besoin de s’intégrer, de se faire connaître ou reconnaître,…

3. Quelques produits interdits

Les stéroïdes anabolisants et l’hormone de croissance sont utilisés pour augmenter la masse musculaire et la puissance. Les stéroïdes anabolisants ont également des effets sur la confiance en soi et la combativité. Ils bloquent la croissance chez les plus jeunes. L’hormone de croissance modifie l’architecture du squelette (élargissement des pieds et des mains, notamment) et peut être responsable de cancers digestifs.
Les corticoïdes sont utilisés afin de diminuer les douleurs et la fatigue. Ils agissent sur la combativité. Leur usage répété est responsable de rupture tendineuse.
Les amphétamines, la cocaïne sont utilisées comme stimulants. Ces substances agissent sur la vigilance, la concentration, la combativité, etc. Elles entraînent des troubles du rythme cardiaque (palpitations, arythmies), des déshydratations et des troubles psychiques.
Le cannabis est doublement interdit aux sportifs. Il a des effets sur le stress, les perceptions et la douleur. Il reste détectable très longtemps.
Beaucoup de personnes croient que sa consommation est tolérée pour tous. C’est tout à fait faux, elle n’est tolérée que pour les plus de 18 ans.
Depuis le 1er février 2005, une nouvelle directive en matière de détention de cannabis est d’application. La détention de 3 gr de cannabis ou d’une plante, est tolérée pour des personnes majeures dans le cadre d’un usage personnel.

Attention, on peut devenir dépendant à tous ces produits !

4. Et si on me propose un produit ?

Il vaut toujours mieux que je m’abstienne de prendre un produit, surtout si :

- Je ne connais pas la personne qui me le propose ;
- Je n’ai aucun moyen de vérifier ce qu’on voudrait me faire prendre (ex : pas d’emballage) ;
- Le nom du produit est écrit dans une langue que je ne connais pas ;
- Je suis tenté(e), mais la première impression a été défavorable ;

Mais peut-être que la personne va se montrer insistante. Si la situation devient tendue, inutile de discuter. Il est préférable de rompre le dialogue. Par exemple, en répétant toujours la même phrase, quel que soit l’argument que l’on m’oppose : « non, je n’ai pas besoin de ça » ou « non, cela ne m’intéresse pas ».

Dans tous les cas, il faut en parler ensuite à quelqu’un de confiance (parents, proche, ami ou autre personne de grande confiance)

Je suis tout à fait libre de refuser de prendre le produit ! Si on me menace, ce sont les personnes qui me menacent qui sont en tort (et elles le savent) !

Tous les sportifs (les jeunes y compris) :
- sont responsables de tout ce qui entre dans leur organisme ;
- doivent informer leur médecin qu’ils sont sportifs pour éviter que ce dernier ne leur prescrive involontairement une substance interdite.

5. La performance sans produit est-elle possible ?

Oui, bien sûr !
Certains moyens naturels ne présentant pas de risques pour la santé (au contraire) et, respectant les principes éthiques et les règles du sport, permettent d’obtenir les résultats que certains recherchent dans la prise de produits interdits :

  • Sommeil régulier et en quantité suffisante pour permettre une récupération des efforts sportifs et intellectuels, et une cicatrisation accrue des blessures éventuelles,
  • Alimentation saine et variée (avec une hydratation suffisante), absence de prise de toxiques (tabac, cannabis, alcool…),
  • Programmation des révisions et entraînement bien conduit (il vaut mieux privilégier la qualité à la quantité).
  • Un environnement favorable : un sportif respecté par son entraîneur, ses coéquipiers et bien entouré par sa famille, ses amis…
  • Être à l’écoute de son corps, être attentif à la fatigue et à la douleur qui sont des signaux d’alerte.
Vous avez aussi le droit de ne pas être toujours performant ! ! ! La santé, le bien-être et l’entente avec les autres sont au moins aussi importants que les performances !

L’automédication du jeune sportif :

C’est prendre des médicaments sans l’avis d’un médecin. On le fait parfois pour lutter contre la douleur ou la fièvre, parce qu’on a un rhume, etc. Il est pourtant vivement déconseillé de prendre seul des médicaments (non seulement pour sa santé mais aussi parce que cela peut aboutir à prendre involontairement des substances interdites et, donc, à se doper, même sans le savoir).

Avant de prendre un médicament sans l’avis d’un médecin, je me demande toujours si :

  • j’en ai vraiment besoin. Si j’achète le médicament en pharmacie, je précise au pharmacien que je suis sportif ;
  • je vérifie la composition du médicament avant de le prendre. Je m’assure que son emballage (ou sa notice) ne comprend pas une mise en garde spécifique aux sportifs ;
  • je ne prends jamais un médicament que je ne connais pas ou sans son emballage d’origine, même s’il m’est donné par un ami « pour me dépanner » ;

Le site Internet www.cbip.be de vérifier si un médicament (acheté en Belgique) contient une substance Interdite. Dans le doute, vous pouvez également envoyer un e-mail à aut cfwb.be.

Remarque importante

Les fédérations sportives scolaires attirent particulièrement l’attention sur la responsabilité des éducateurs et des parents pour les cas de dopage de mineurs et insistent sur le fait que, lors d’un contrôle, le jeune est tenu de se soumettre à la demande de l’agent de contrôle ; le mineur d’âge peut être accompagné par l’un de ses parents ou représentant légal ou encore par une personne majeure, de confiance, assumant l’encadrement sportif du mineur et pourvue de l’autorisation de ses parents ou du représentant légal du mineur.

Le sportif doit toujours avoir ses documents d’identité sur lui, de même qu’une copie de son AUT (autorisation pour usage thérapeutique) si celui-ci en a une.

En fonction du décret du 08-12-2006, entré en vigueur le 01-01-2008, les fédérations sportives scolaires ont l’obligation d’informer les jeunes, sur les effets néfastes des produits dopants, de préciser les classes de substances interdites et de fournir les références de sites s’y rapportant.

Par ailleurs, toutes les informations utiles portant sur le dopage, ses effets néfastes, ainsi que les mesures de prévention à prendre, sont disponibles sur le site de l’ONAD Communauté française :
www.dopage.be.

Ressources

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?